Azote et qualité de l'herbe

L’azote est le principal nutriment dont l’herbe a besoin. L’azote suscite les plus fortes réponses en termes de rendement en matière sèche dans les herbages. Il sert de carburant pour la croissance de l’herbe et démultiplie la valeur énergétique et le taux de protéines de l’herbe.

Un excès d’azote peut toutefois être mauvais pour la qualité, en enrayant la fermentation du fourrage ensilé, dus à un excès de nitrates. Les animaux risqueront donc d'être moins enclins à consommer ce fourrage, de moins bonne qualité gustative.

Chez les graminées, l’absorption de l’azote par la plante est généralement plus rapide que son incorporation dans les protéines au niveau des cellules. Ainsi,  jusqu’à ce qu’il soit utilisé, cet excédent d’azote sous forme nitrique connu sous le nom d’ « absorption de luxe » est emmagasiné dans les feuilles. On s’expose donc à un risque d’excès d’azote dans le fourrage si on ne laisse pas suffisamment de temps entre l’apport de l’engrais et la fauche.  Ce risque se rencontre plus particulièrement dans des conditions défavorables à la croissance, telles qu’un manque d’ensoleillement ou de faibles températures, ainsi que dans des conditions ralentissant la transformation de l’azote en protéines. Un fort taux d’azote peut entraîner une diminution des sucres qui servent à produire de l’énergie pour accélérer la croissance de la plante et fabriquer des protéines, et cette accélération de la croissance peut à son tour entraîner une diminution de la teneur en matière sèche (même si celle-ci est peu importante en pratique).

On peut éviter un excès de nitrate en suivant la règle pour les prairies de fauche, consistant à appliquer de l’azote à raison de 2,5 kg N/ha/jour maximum.