Fonctionnalités
11 mai, 2020

Grappilote, assurez vos volumes tout en préservant la typicité de vos vins

Vignoble
Vignoble

La qualité des raisins et leur aptitude à la vinification sont étroitement liées à leur composition minérale. La nutrition doit donc être optimale jusqu’à la vendange pour que les baies soient récoltées au maximum de leur potentiel et que le vin puisse révéler sa typicité.

Dans la seconde phase du programme de nutrition Grappilote, des baies sont prélevées au stade fermeture de la grappe (BBCH 77) puis analysées. Cela se passe généralement en début d’été, à un moment où il est possible d’intervenir pour redresser d’éventuels déséquilibres.

Depuis plus de 15 ans, Alain Kleiber réalise des analyses de baies au sein d’Auréa Agrosciences, le partenaire de Yara dans le programme Grappilote. Ce qu’il observe de plus en plus, ce sont des vignobles en situation de déficit azoté. « Les viticulteurs qui font réaliser des analyses de baies veulent vérifier que leur itinéraire technique est correct. Or la plupart sont surpris de constater que leurs baies manquent d’azote, car ils voient leurs ceps qui poussent bien et sont bien verts. Tous les signes extérieurs d’une fourniture correcte en azote », explique Alain Kleiber. Déficit qui a deux origines, une exogène et une endogène. « L’enherbement des interrangs concurrence les ceps pour l’accès à l’azote, et les étés de plus en plus secs que l’on subit depuis quelques années diminuent les quantités d’azote minéral disponible dans le sol. Par ailleurs, de nombreux viticulteurs travaillent encore aujourd’hui avec la croyance que l’azote est l’ennemi de la qualité. En conséquence, ils apportent trop peu d’azote, voire font systématiquement l’impasse. »

Pourtant une carence azotée au stade fermeture de la grappe, qui n’est pas redressée, va donner des moûts qui manquent d’acidité et entraîner des retards de fermentation, voire des arrêts complets de fermentation chez les vins blancs.

L’approvisionnement en potassium peut également poser des problèmes lors d’épisodes de sécheresse ou de stress hydrique. En cas de carence dès ce stade, adieu typicité du vin ! Car une grande partie de la structure phénolique des vins est liée à une bonne alimentation en potassium.

A partir du stade fermeture de la grappe, un déficit en magnésium entraîne une baisse du degré d’alcool et une baisse de production. Des carences en phosphore et calcium dégraderont la charpente du vin. En plus, un déficit en calcium laissera les baies vulnérables aux attaques parasitaires.

Pour Alain Kleiber, le programme Grappilote crée de la valeur pour le viticulteur, car en démocratisant l’analyse de baies au stade fermeture de la grappe, il le renseigne précisément sur les éventuelles corrections à apporter, tout en lui laissant assez de temps pour le faire. « Encore aujourd’hui, la plupart des analyses sont faites sur feuilles ou pétioles ; ce qui permet un très bon constat de l’état nutritionnel du cep, mais n’apporte en réalité aucune information opérationnelle sur l’état réel des baies. Or les baies, c’est in fine ce que produit et/ou vend le viticulteur », ajoute Alain Kleiber.

L’intérêt de cette analyse de baies ne s’arrête pas là. « À partir de fin juillet les phénomènes de mise en réserve commencent. Si, par exemple, des baies sont déficitaires en bore, la mise en réserve du bore va mal se faire et entraînera une sensibilité accrue du cep à la coulure l’année suivante. En fait, on prépare aussi la vendange de l’année N+1 avec l’analyse de baies de l’année N, ajoute Alain Kleiber. Et plus généralement, une bonne mise en réserve améliorera la résistance aux évènements climatiques et le démarrage l’année d’après ».

En aidant à rééquilibrer la nutrition minérale de la production de l’année, et en favorisant une bonne mise en réserve pour préparer la production de l’année d’après, l’analyse de baies participe à la conservation de la typicité d’un vin dans le temps.

Pour résumer Grappilote, on peut dire que :

  • la première phase du programme, trois apports foliaires en encadrement de floraison, permet de sécuriser le rendement du vignoble ;
  • la seconde phase, l’analyse de baie puis des apports foliaires correctifs, permet à la baie d’exprimer le maximum de son potentiel.

En somme, le programme Grappilote vous permet d’assurer vos volumes tout en conservant la typicité de vos vins.

Livre blanc sur la fertilisation, pilier de la qualité des vins

Télécharger notre livre blanc

La fertilisation, pilier de la qualité des vins

La fertilisation azotée de la vigne a une influence directe sur la qualité des vins. Les moûts avec les indices de formol bas produisent des vins astringents avec des tanins secs et dont la qualité est jugée moins intéressante.

Découvrez dans ce document comment optimiser cette nutrition azotée.

Télécharger le document

Vous souhaitez en savoir plus sur le programme Grappilote ?

Remplissez un court formulaire et nous vous recontacterons dans les plus brefs délais.

Contactez-nous