Fonctionnalités
septembre 11, 2018

Pommes à cidre : les points clés pour gérer l'azote au verger (partie 1)

Vigueur, niveaux de croissance, fructification, sensibilité aux maladies, rendement... Le manque ou l'excès de disponibilité en éléments azotés pour les arbres à différents stades de leur développement a une incidence prépondérante.


Récolte des pommes
Récolte des pommes

Partie 1 : Phase juvénile.

Vigueur, niveaux de croissance, fructification, sensibilité aux maladies, rendement... Le manque ou l'excès de disponibilité en éléments azotés pour les arbres à différents stades de leur développement a une incidence prépondérante dans la constitution du potentiel des pommiers à cidre et de leur état de santé.

Croissance des arbres, développement des rameaux, composition des tissus foliaires...

La disponibilité des éléments nutritifs azotés pour les pommiers à cidre, et le statut azoté résultant pour les différents organes de l'arbre, est de nature à modifier profondément le fonctionnement végétatif et ceci de façon différente à certains stades du développement. Si bien que pour l'arboriculteur, la fertilisation azotée recouvre un caractère hautement stratégique pour favoriser la production fruitière de l'arbre, en évitant les effets pénalisants d'un excès de vigueur.

Pendant la période de la plantation et de la mise en place du nouveau verger, la fertilisation azotée n'a pas un rôle productif, mais doit répondre à un objectif de croissance rapide des racines et aussi de pousse de l'arbre et des branches maîtresses et latérales qui constitueront l'aire fructifère future. Ainsi, la phase juvénile - 3 années après plantation - vise à installer le potentiel de production - bois et racine. Une homogénéité entre volume aérien et volume racinaire est donc impérative.

Tableau sur le besoin en azote par an

1ere année 2ème année 3ème année
20 unités* 40 unités 60-70 unités

* Ces doses sont à moduler de ±30 unités selon le contexte particulier de la plantation.
** Le calcul des apports d'engrais azotés à réaliser doit tenir compte de ces besoins, mais aussi de l'efficacité de la forme azotée et de la modalité d'épandage, et des fournitures du sol.
*** Source : CTIFL (Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes)

La réussite de la fertilisation azotée à cette période conditionne la rapidité d'entrée en production du verger et la mise en place d'une architecture favorable des arbres.

Pour la plantation des arbres fruitiers, Yara préconise l’utilisation de YaraMila SK, à apporter en fonction des besoins en NPK de l’arbre, associé à un ammonitrate ou à du YaraLiva Tropicote, notre nitrate de calcium directement assimilable. Nos engrais composés SK, en plus d’être dépourvus de chlore et complémentés en magnésium, associent l’azote, le phosphore et la potasse au sein de chaque granulé. De cette façon, l’apport de ces 3 éléments est précis et homogène sur l’ensemble du verger.