Qualité et quantité en pratique

Produire une culture qui concilie haut rendement et excellente qualité est un impératif pour une rentabilité maximale. Dans de nombreux cas, les nutriments qui améliorent le rendement améliorent également la qualité de la récolte.

Épandage sur cultures de maïs

Pour le maïs, il est essentiel d’implanter une culture qui lève rapidement, avec une forte vigueur précoce pour bénéficier rapidement du rayonnement solaire et de mettre en place un indice foliaire élevé.

Une bonne structure de sol est essentielle pour un bon enracinement, le maïs étant particulièrement sensible à la compaction du sol.

Le contrôle précoce des mauvaises herbes est nécessaire afin de permettre une bonne implantation de la culture. Une bonne protection contre les parasites et les maladies permet de minimiser les dégâts sur le système racinaire et sur l’appareil foliaire, moteur de la croissance.

Exigeant en eau, le maïs requiert une bonne alimentation hydrique notamment autour de la floraison sous peine de fort impact sur le rendement final.

La plupart des nutriments requis par le maïs ont un rôle spécifique sur l’amélioration du rendement :

  • L’azote est capital pour sécuriser les hauts rendements. Il est le carburant de la croissance et du développement et doit être facilement disponible.
  • Le phosphore joue un rôle particulier dans la mise en place du système racinaire et dans le démarrage précoce de la culture.
  • Le potassium, comme l’azote, renforce le développement de la culture. Le maïs en prélève de fortes quantités. Un équilibre est nécessaire entre la nutrition azotée et la nutrition potassique.
  • Le magnésium, le soufre et le fer participent à l’activité photosynthétique et maintiennent une bonne croissance indispensable pour atteindre des rendements élevés.
  • Le calcium contribue à la vigueur de la culture, à sa résistance à la sécheresse, protège les racines et augmente la résistance des feuilles aux maladies.
  • Le bore est indispensable pour une bonne pollinisation et donc la mise en place des grains.
  • Le zinc est un élément clé du bon fonctionnement de la photosynthèse
  • Toute autre carence en oligo-éléments (cuivre, manganèse, molybdène, …) peut pénaliser la croissance et par conséquent le rendement final.